• T+
  • T-

Publié le 09/04/2015

L'Editorial de Jean-Marc Sylvestre: De l?importance de la philanthropie aujourd?hui.

L'Editorial de Jean-Marc Sylvestre: De l?importance de la philanthropie aujourd?hui.

 

Redistribuer les richesses pour faire avancer la société

Au cours du 20ème siècle, la solidarité s’est peu à peu structurée autour d’une idée forte : la nécessaire redistribution des richesses vers les classes moyennes. Cette fonction a été assurée après la seconde guerre mondiale, dans touts les pays occidentaux, par l’Etat Providence. 

Son recul, amorcé depuis les années 80,  marque aussi la montée d’inégalités qui n’ont rien à envier à celle de la fin du XIX siècle. Et comme en écho à cette période renaît une grande philanthropie à l'image des grands capitaines d’industrie américains: Vanderbilt, Carnegie, Rockefeller et Ford, dont les fondations ont influencé bons nombres d’initiatives d’intérêt général. A ces deux derniers nous leur devons respectivement, entre autre,  la révolution verte en Inde et les bases de notre système de sécurité sociale.

Aujourd’hui, les « héritiers » de cette tradition,  Bill Gates et Warren Buffet engagent des budgets équivalents à ceux de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour combattre les grands fléaux épidémiques. Et les résultats ne se sont pas fait attendre. Par exemple, le nombre de morts de la rougeole chez l’enfant est passé de 2 millions de décès par an à 200 000.

Derrière ces chefs de file, des dizaines de milliardaires, réunis dans le « Giving Pledge [1]» ont décidé  d'engager la moitié de leur fortune avec la ferme volonté de provoquer de  profonds changements sociétaux.

Et comme un effet de contagion, des centaines,  voire des milliers de « philanthropreneurs » dans le monde,  en France aussi, créent leur fondation, décidés eux aussi à accompagner ce mouvement.

 

Réduire les inégalités sociales en France : un nouveau champ d’action philanthropique

En France, les arts et le domaine médical ont longtemps été un champ d’intervention  privilégié des mécènes et des philanthropes.

Mais les bouleversements sociétaux plus récents entrouvrent de nouvelles perspectives d’action.

Nombre de fondations familiales ont ainsi vu le jour - elles sont aujourd’hui plus de 250 -  avec la volonté de participer à la  lutte contre la paupérisation de notre société.

La précarité, l’éducation, l’emploi, la formation…, deviennent des sujets de réflexion prioritaires pour les philanthropes d’aujourd’hui, avec pour objectif de contribuer au rééquilibrage nécessaires des inégalités socio-économiques.

Si les contributions financières apportées restent relativement modestes, les projets se construisent selon un principe d’habileté et d’opportunité. Dans le secteur de l’éducation notamment, fondations et philanthropes unissent leurs compétences pour travailler ensemble à des objectifs communs.

 

Soutenir ACTION ENFANCE pour repenser le système éducatif

Parce que notre système d’intégration par l’éducation est en panne, confrontés au chômage et à la précarité, une frange de plus en plus large des familles exerce avec grand mal leur fonction éducative hors de l’école. Les enfants grandissent et se construisent sans repère ni perspective d’avenir.  Conséquence : 150 000 jeunes sortent chaque année de l’école sans aucun diplôme ni formation.

Ici, le rôle de fondations comme ACTION ENFANCE devient primordial. En explorant – à petite échelle - de nouvelles pistes, elle agit en éclaireur et montre ce qu’il est possible de faire, tout en en mesurant précisément l’efficacité. Chaque solution proposée et testée au sein de la Fondation participe à éveiller les esprits, à changer les mentalités pour, finalement, ouvrir la voie à l’État.

Viser l’employabilité des jeunes et leur insertion sociale en valorisant toujours d’avantage l’apprentissage et les formations professionnelles est l’un des exemples forts de ce que met en œuvre aujourd’hui ACTION ENFANCE.

Les fonds propres issus de la générosité du public ou de l’engagement de grands philanthropes peuvent garantir sa liberté d’action.

Il est donc essentiel pour des organisations privées de développer des actions philanthropiques, parallèlement à la générosité des mécènes et des donateurs, des grands comme des petits. Il faut laisser aux fondations la responsabilité de gérer ces fonds avec comme objectif : l‘efficacité.

ACTION ENFANCE est l’une de ces fondations. Aidons-la !!  

 

Jean-Marc Sylvestre

 

[1] The Giving Pledge, traduit par « promesse de don », est une campagne lancée par Warren Buffet et Bill Gates afin d'encourager les personnes les plus fortunées des États-Unis à s'engager en donnant la majeure partie de leur argent à des fins philantropiques. La campagne s'oriente vers les milliardaires et fut rendue publique en 2010 par ses deux créateurs.