L’Aide Éducative à Domicile, qu’est-ce que c’est ?

L’Aide Éducative à Domicile (AED) est une mesure d’assistance ordonnée lorsqu’un enfant est en risque de danger. L’AED intervient pour aider les familles en difficulté. Elle peut les accompagner sur différents plans : éducatif, financier, matériel, social, etc. Cet accompagnement est proposé dans le cadre de la Protection de l’enfance.

L’Aide Éducative à Domicile a pour but d’améliorer la situation dans laquelle le mineur se trouve. L’AED est différente de l’Action Éducative en Milieu Ouvert (AEMO) qui est une mesure judiciaire prononcée par le juge des enfants.

Dans quelle mesure l’AED est-elle appliquée ?

L’Aide Éducative à Domicile est principalement mise en œuvre lorsque le parent d’un mineur rencontre des difficultés pour l’éducation de l’enfant, l’entretien du foyer, les finances, etc. Une intervention est nécessaire car la santé, la sécurité, ou la scolarité du mineur est compromise.

Cette aide est destinée à soutenir la fonction parentale et s’assurer que les besoins de l’enfant soient pris en compte. Les parents peuvent être accompagnés dans l’éducation de leur enfant, pour tisser des liens plus structurants avec leur enfant ou pour s’insérer socialement. Diverses actions peuvent être élaborées pour répondre aux problèmes soulevés.

Qui peut bénéficier de l’Aide Éducative à Domicile ?

Cette mesure d’assistance peut être attribuée :

  • au père, à la mère ou à la personne en charge de l’enfant
  • à une femme enceinte confrontée à des difficultés médicales, sociales, financières ou si sa santé ou celle de son enfant l’exige
  • à un mineur émancipé ou un jeune majeur, âgé de moins de 21 ans, ayant des difficultés sociales

Quelles sont les actions de l’Aide Éducative à Domicile ?

Cette mesure administrative qui nécessite l’accord des parents peut comporter, ensemble ou séparément :

  • l’aide d’un(e) technicien(ne) de l’intervention sociale et familiale (TISF), qui doit accompagner la famille rencontrant des difficultés éducatives et sociales, ou d’une aide-ménagère ;
  • un accompagnement en économie sociale et familiale (AESF) ;
  • le versement d’aides financières exceptionnelles ou d’allocations mensuelles, à titre définitif ou sous condition de remboursement ;
  • l’intervention d’un service d’action éducative. L’Action Éducative à Domicile (AED) apporte un soutien matériel et éducatif à la famille. Elle s’adresse aux parents confrontés à d’importantes difficultés (situations de carence éducative, de difficultés relationnelles, conditions de vie compromettant la santé de l’enfant, etc.).

Mise en place d’une Aide Éducative à Domicile

L’Aide Éducative à Domicile est attribuée, sous certaines conditions, sur demande ou avec l’accord de la mère, du père ou de la personne en charge de l’enfant. Le demandeur doit s’adresser au service de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) de son département, qui décide de missionner ou non un professionnel qualifié pour intervenir auprès de la famille. Lorsqu’une Aide Éducative à Domicile est mise en place, les parents conservent leur autorité parentale.

Le professionnel est un(e) technicien(ne) de l’intervention sociale et familiale (TISF), un(e) éducateur(trice) spécialisé(e) ou un(e) conseiller(ère) en économie sociale familiale (CESF). Le travailleur social apporte de l’aide et des conseils aux parents sur différents domaines de la vie quotidienne (scolarité, éducation, santé, loisirs, etc.).

Au sein d’une famille, une Technicienne d’Intervention Sociale et Familiale assiste par exemple une mère dans les tâches logistiques nécessaires au bon déroulement du début de soirée (repas, devoirs, bain). Elle peut aussi l’aider à gérer son budget de la semaine et l’accompagner pour que l’appartement soit suffisamment propre et rangé. Le professionnel effectue un suivi éducatif et rédige un rapport sur les évolutions.

La durée d’intervention varie selon les besoins, pouvant aller de 6 mois à plusieurs années. Elle est décidée par le Conseil départemental (ou la ville lorsque cette action en dépend). La mesure est généralement gratuite pour la famille et prise en charge par l’ASE. Cependant, selon les cas, une partie peut parfois rester à la charge de la famille.