Le syndrome du bébé secoué : qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome du bébé secoué (SBS) est causé lorsqu’un adulte secoue violemment un nourrisson en le tenant par les extrémités, le tronc ou les épaules. Ce syndrome survient chez les enfants de moins d’1 an et davantage chez ceux de moins de 6 mois. Cette action est dangereuse pour le bébé qui est très fragile à cet âge-là.

Cette forme de maltraitance provoque un traumatisme crânien entraînant des lésions au cerveau.

Quels sont les symptômes ?

Détecter qu’un bébé est secoué peut être difficile. Il n’a pas forcément de marques visibles, de signes de violence. Cependant, certains comportements peuvent alerter. Le nourrisson peut présenter divers symptômes :

  • Somnolence, voire léthargie ou troubles de la conscience
  • Irritabilité, pleurs inhabituels
  • Vomissements, refus de manger, diminution de l’appétit
  • Mouvements anormaux, convulsions ou tremblements
  • Difficulté à respirer
  • Troubles oculaires, mouvements anormaux des yeux, le bébé ne suit plus du regard

Quelles sont les conséquences ?

Les conséquences sont souvent internes. Secouer violemment un nouveau-né provoque principalement des séquelles neurologiques. A cet âge, les bébés ont la tête lourde par rapport à leur corps. Le fait de les secouer provoque des lésions cérébrales, oculaires et de la moelle épinière qui créent des blessures et impactent le développement de l’enfant.

Les conséquences peuvent être graves. Différentes séquelles peuvent naître :

  • Retard de développement (langage, motricité)
  • Troubles du comportement
  • Problèmes oculaires (déficit visuel, cécité)
  • Paralysie, handicap
  • Troubles du sommeil, de l’alimentation 

2/3 des enfants victimes du syndrome du bébé secoué ont des séquelles permanentes. Dans les cas les plus dramatiques, cet acte de violence peut entraîner la mort du nourrisson. Selon les estimations, 1 bébé secoué sur 5 décède. Secouer un enfant est un acte de maltraitance qui constitue une infraction pénale passible de peines d’emprisonnement.

Quelles sont les causes qui provoquent ces gestes violents ?

Les causes du syndrome du bébé secoué peuvent être multiples. Les pleurs excessifs sont la cause principale qui pousse une personne à secouer un enfant. Une personne se sent dépassée face aux pleurs persistants d’un bébé et n’arrive pas à le calmer. Cette situation provoque plusieurs émotions : irritabilité, agacement, impatience, frustration. Certaines personnes deviennent vulnérables face à ces situations. Elles n’arrivent plus à garder leur calme et perdent le contrôle.

Certains facteurs peuvent augmenter les risques de violence :

  • La fatigue
  • Le manque de sommeil
  • Des difficultés familiales
  • Des difficultés financières
  • Des troubles de la santé mentale
  • La prise de médicament, de drogues ou d’alcool

Vous avez secoué votre bébé, vous êtes témoin de maltraitance : comment agir ?

Si un bébé pleure sans cesse et que vous ne parvenez pas à l’arrêter, la première chose à faire est de garder son calme. Il faut essayer de respirer, de se détendre un instant en laissant l’enfant couché sur le dos et en sécurité. Quelques moyens peuvent aider : écouter de la musique, respirer profondément, serrer un objet mou.

Il est important de parler de la situation dans laquelle on se trouve à son entourage. Cela permet d’être soutenu. Un ami, la famille, un voisin ou une personne de confiance pourra vous épauler. Cette personne pourra garder votre enfant un moment afin que vous puissiez vous reposer.

Si vous sentez que vous pourriez secouer votre bébé, appeler le 119 « Allo Enfance en danger » ou un médecin de proximité. Des professionnels sont à votre écoute pour vous aider.

Si votre bébé a été secoué :

Allez consulter un médecin en urgence.
Si son pronostic vital est engagé (il ne respire plus, a un comportement anormal), appelez un numéro d’urgence :
– SAMU (15)
– Pompiers (18)
– Appel d’urgence européen (112)