• T+
  • T-
Publié le 26/04/2019

test

Placé au Village d’Enfants de Cesson avec son frère jumeau et sa soeur cadette, Ludovic a trouvé, grâce aux liens fraternels, la force de surmonter beaucoup d’épreuves.

« Ce qui est beau à la Fondation ACTION ENFANCE, c’est que l’on ne sépare pas les fratries. »

Ludovic, aujourd’hui 27 ans, a connu plusieurs lieux de placement avant d’arriver au Foyer d’accueil d’ACTION ENFANCE à Clairefontaine puis au Village d’Enfants de Cesson en Seine-et- Marne en décembre 1995 avec son frère jumeau, Franck. Ils ont alors un peu moins de 5 ans. À Cesson, ils vivent auprès d’une mère éducatrice, Aline, aux côtés d’une fratrie de trois enfants plus âgés qu’eux et d’une petite fille du même âge. « Nous avons été élevés ensemble. Cela crée ce lien de frères et soeurs qui perdure encore aujourd’hui. » Leur soeur cadette, Stéphanie, née en 1999, les rejoint quelques années plus tard. En revanche, leur petit frère, né d’une autre union, ne sera pas placé avec eux.

« Je garde de très bons souvenirs du Village d’Enfants de Cesson. Nous jouions au foot, au basket, à cache-cache, etc., faisions des sorties à vélo ou en forêt avec les éducateurs. J’aimais aussi beaucoup les colonies de vacances. »

En 2003, Aline devient famille d’accueil pour la Fondation et continue de prendre soin des enfants dans une maison avec jardin, près du Village d’Enfants de Cesson. Commence alors une véritable vie de famille. « Ma mère a bien compris et accepté le rôle d’Aline. Cela a été plus facile pour développer des liens avec notre mère éducatrice. »

DE LA VENTE À L’ESCALADE

— À 18 ans, un CAP Vente en poche, Ludovic partage un appartement en colocation avec d’autres jeunes accueillis par la Fondation au Mée-sur-Seine, grâce au service Jeunes majeurs, La Passerelle. Il y reste près d’un an. Puis, direction Rouen, pour travailler dans une boulangerie. Après quelques années en tant que vendeur dans différentes villes (Rouen, Melun), il retourne à Cesson, commune dans laquelle il a beaucoup d’attaches. Il souhaite changer de métier. « J’avais fait le tour de la vente. » Il y travaille dans la restauration pendant six mois puis, en intérim, dans la logistique. « J’aime beaucoup la logistique. C’est un travail d’équipe. Au bout d’un mois, j’ai obtenu un poste de responsable. Je suis maintenant chef d’équipe. Les efforts paient, c’est valorisant. »

Ludovic s’est aujourd’hui fixé un nouveau défi : devenir cordiste (ou travailleur acrobatique) comme son frère jumeau qui pratique ce métier depuis deux ans. Il a donc sollicité l’aide du Service de Suite, aujourd’hui ACTION+, de la Fondation pour financer sa formation professionnelle. « J’ai expliqué mon projet, réalisé les démarches nécessaires et mon dossier a été validé par le Service de Suite. » La formation de cinq semaines à Mirmande, dans la Drôme, a débuté en février dernier. À l’issue de cette formation, Ludovic projette de s’installer à Toulouse, au soleil, près de la montagne.

Côté famille, à la suite du décès de leur mère, Ludovic, Franck et Stéphanie ont été adoptés en 2015 par Aline. Ils portent aujourd’hui son nom, en plus de leur nom de naissance. Aline a aussi adopté deux autres enfants avec lesquels ils ont grandi. Cette ancienne mère éducatrice, qui a réussi à redonner une vraie vie de famille à cinq enfants, réside désormais à Rouen, avec Stéphanie, âgée de 19 ans.
                         

                   

Retrouvez cet article dans le magazine Grandir Ensemble n°101, p.12.